Courbet sauvé à 19h ! Quand les attaques de "certains" vous servent.

Publié le par Aphasique



Son émission partait très mal. Mais il s'est bien battu, le Julien. Il a changé de nombreuses fois de formules. Il s'est maintenu à un niveau d'audience correct. Enfin, tout juste correct (entre 10 et 12 % de PDA).

Non, surtout, il a eu deux chances, deux anges anges gardiens involontaires :

Le premier, c'est son collègue du vendredi, Christophe Hondelatte. Ce garçon, il a eu la gentillesse de le "surpasser" sur tous les points : en platitudes dans le contenu, en ringarditude de l'ambiance, en flopitude côté audience. Un collocataire (de sa case 19-20) comme ça, ça vous sauve la mise quand vous n'êtes, comme Julien, que moyen ! 

La seconde chance, énorme, c'est que toutes les têtes à claques du gouvernement - tellement à l'aise dans leurs bilans - ont commencé à se méler des affaires de la télé. Elles l'ont pris en grippe, le Julien, et l'ont critiqué à la première occasion. Et çà, ça vous rendrait populaire n'importe qui ! C'était comme suspendre un Courbet par une jambe au dessus d'une casserole d'eau bouillante, ça lui a décollé toutes les étiquettes : celle d'animateur trop propre sur lui, trop gouailleur, trop audimat, trop sujets trashs, trop TF1 quoi.

Le paradoxe de cette affaire, c'est que ces étiquettes là, c'est justement sur quoi les Sarkozy, les Albanal, les Lefebvre (ceinture noire de têtes-à-claquitude) l'ont attaqué ! Ca a tellement été efficace que ces arguments (pourtant fondés) sont devenus - pschiiiit ! - sans aucun pouvoir. Les 10 ans de TF1 sont partis comme par magie !



Il peut leur dire merci, Julien Courbet, il leur doit sans doute un regain de popularité. Non pas que l'animateur n'était pas déjà très populaire. A 40% de PDA les vendredi à 23h, on est la popularité incarnée. Mais justement, il était trop populaire (dans un sens qui devient pour certains péjoratif). Il n'était pas vraiment apprécié d'un autre public, plus délicat pour être gentil, plus prétentieux pour l'être moins, et peut-être plus à gauche pour dire les choses simplement.

C'est peut-être ce qu'il lui manquait pour devenir "service public".

Et puis, il a bien joué le coup, le Julien. On l'a vu chez Morandini, ou sur son blog, sortir des graphiques compliqués : "Regardez, je ne suis pas si mauvais que ça - c'est technique mais la courbe d'audience remonte, on gagne des gens - enfin sauf là, mais là encore c'est technique...". Pour être honnète, on n'a pas tout compris. Mais on l'a senti blessé. Du coup, on l'a (un peu plus) aimé.

En plus, des journaux comme Marianne ou le Canard enchaîné, ont commencé à dire que le gouvernement lui en voulait d'avoir quitté le paquebot Bouygues (TF1). Qu'il lui faisait payer. Parce que Bouygues, c'est le grand "copain". Avant ces histoires, jamais ces 2 journaux n'auraient parlé de Julien Courbet ...sauf pour en dire le plus grand mal.  

Toujours est-il qu'il restera, à la rentrée de Janvier, dans sa case de 19h ...et qu'avec un gouvernement qui parle télévision comme au bistrot du coin, j'ai plutôt envie de me réjouir de cette nouvelle. (C'est comme la pub sur la deux, depuis un an, on la trouve chouette, on l'aime, elle est plus jolie que sur les autres chaînes - personnellement je m'en fait des cassettes). Et ce phénomène risque d'être général.

Anges gardiens involontaires ?

Moralité : Julien peut dire merci à ses Saints, d'abord en portant une médaille de St Christophe et ensuite fêtant très dignement la Saint Nicolas (le 6 décembre).

Publié dans FUTURS DU PETIT ÉCRAN

Commenter cet article