L'amour est dans le pré. L'art naïf de M6

Publié le par Aphasique



Déjà quatre années que M6 essaie de repeupler les campagnes. Drôle de télé-réalité qui rappelle que (au moins statistiquement) nous sommes tous des (arrière) petits fils d'agriculteurs.

Hélas, ici, tout est artificiel : la présence des caméras évidemment ; les speed dating au début ; les montages qui ré-écrivent des belles histoires (et font entrer le moindre détail dans un gros scénario plus général) ; bref, que des choses moches. Tout est là pour créer le clash. Le paroxysme du beurk étant bien sûr la compétition entre les deux femmes (ou entre les deux hommes) en face de l'agriculteur (l'agricultrice) dont le coeur est à prendre.

Autant dire que vivre avec un(e) autre prétendant(e) dans le domaine - aux deux sens du terme - d'un homme ou d'une femme qui doit choisir entre vous deux, doit être une des expériences les plus humiliantes de sa vie !

Et pourtant...

Il faut bien avouer qu'entre tous les principes les plus immondes de la télé-réalité, quelque chose de beau perdure. Il y a des passages très jolis. Des parcelles préservées. Et on ne parle pas que de la verdure.

Promener son chien en laisse, c'est has been !

M6 pense-t-elle, comme Rousseau, que la société corromp l'homme ? En tout cas, elle va chercher l'amour authentique dans nos campagnes les plus désertées.

Drôle d'émission dans laquelle des gens très (trop) différents les uns des autres, s'attachent, et parfois s'empoisonnent. La chaine jette les flèches de Cupidon au milieu des champs et quand l'une d'elles se plante, le spectacle - car cela en reste un - est assez irresistible.

Ce qui sauve le programme est aussi ce qui le condamne le plus (d'un point de vue moral) : les gens qu'on y voit (agriculteurs ou prétendants) y sont vrais. Des célibataires en quète de l'âme soeur, et souvent depuis des années. C'est pour ça que ça marche depuis quatre ans : Pas de bimbos, de musclors, d'hystériques, de candidats avides de célébrités... Et c'est pour ça, aussi, que M6 joue avec le feu : les vrais sentiments. Plus que jamais, cette télé-réalité, quand elle s'approche avec ses gros sabots, nous donne la nausée.

Cette jolie viticultrice est super difficile. Ses deux invités, éconduits dans la foulée en garderont un goût amer (en même temps, si son discours était un vin, il serait rapeux)

L'amour du vert

Alors, bien sûr, M6 aime la campagne. Vraiment. Et trop peut-être. Aussi, pendant un mois, une carte de France nous apprenait que l'Indre était juste à l'Ouest de Paris ! Mais ce n'est pas parce que les compétences géographiques des producteurs sont aussi conséquentes que leur déontologie, non : ce n'est que de l'amour ! C'est parce qu'ils adoreraient avoir des champs bien verts à une heure de route des bureaux. De l'amour, qu'on vous disait !

 

  

Commenter cet article

Miss-Mady 06/08/2009 21:04

Je n'ai pas d'avis sur le sujet car j'évite ce genre de programme de façon très instinctive et primaire, j'en conviens ! :D
ceci étant dit, tu parles du caractère bien trempé de la viticultrice mais quand on connaît le boulot que c'est, on ne s'étonne pas d'y trouver des gens hyper déterminés et un peu "rapeux" !
Bonne soirée,
Miss Lady

Aphasique 07/08/2009 11:48


Vous avez (tu as ? :) ) raison, je me prends au jeu et lance une pique contre une candidate alors que tous les agriculteurs font un travail très difficile. Le côté caractériel ou bourru est
excusable et fait sans doute un peu partie du concept (cyniquement). Ceci dit, avec cette candidate, c'est le côté fière d'elle-même qui sautait aux oreilles. Je pense pas qu'on puisse attribuer le
sentiment de superiorité au contact des grappes de raisin. Ca m'a d'autant plus choqué qu'elle faisait une grosse démarche pour rencontrer des gens (et par la télé, ce n'est pas rien), y avait un
côté paradoxal. Mais bon, encore une fois, tout est une question de casting.

Bisous.