Comment Jean-Claude Van Damme est-il devenu un phénomène médiatique ?

Cet article aborde un seul aspect de Jean-Claude Van Damme, le phénomène médiatique : l’homme qui semble parler un autre langage, celui qui amuse mais que personne n’écoute vraiment. Après un rapide historique de la naissance de ce phénomène, nous tenterons d'écouter ce que Jean-Claude VanDamme a à nous dire... et d'anayser comment il s'y prend...



Comment est né le phénomène médiatique Jean-Claude Van Damme ?

Catégorie 1 : Les séquences d’anthologie

Jean-Claude Van Damme est né en 1960, il a vécu toute son enfance dans une campagne bruxelloise, avant de s’imposer comme un des acteurs majeurs des films d’action américains, son histoire peut être le symbole même du rêve américain …mais ça, nous n’en parlerons pas.

De quand date la révélation ? En Juin 1999, le magazine Première, et plus précisément Jean-Yves Katelan, interviewe par téléphone l’acteur pour en faire sa chronique d’avant-dernière page : Jean-Claude est tellement loquace et dispersé que cette hilarante interview occupera finalement cette « rubrique » pendant 3 numéros consécutifs. En couverture, le magazine du mois de Juin annonce la bombe Matrix : en effet, le monde ne sera plus jamais le même, mais c’est Jean-Claude qui changera à jamais la réalité du petit monde médiatique. S'en suivent quelques interviews philosophiques (assez peu finalement) qui rendront célèbre le aware. Jean-Claude raconte le karaté, conteste la notion de fruit défendu (puisque la pomme d'Adam et Eve contient de la pectine), les gens rigolent.
Sur les écrans français du début des années 2000, il y aura un happening mémorable dans le 1er Loft Story ainsi qu'une apparition agitée dans Tout le Monde en Parle de Thierry Ardisson (Pierre Arditi, mutique depuis une demi heure, résumera son intervention par un : « On dirait que ce garçon n’est pas habité par le doute »). Ajoutons aussi  un reportage de Sagas sur TF1, l'acteur y présentera sa chienne handicapée et expliquera qu'avec sa femme, ils communiquent par ondes. Très vite, Jean-Claude fuira plutôt les médias.

Jean-Claude sur le plateau de Loft Story

Plus proches de nous, l'année dernière, il y aura un publicité pour Universal Mobile et une autre, cette année, pour le jeu vidéo massivement multijoueurs World of Warcraft. Ces publicités reprennent toutes, avec humour, le style inimitable du Jean-Claude des grands moments. Et puis, cette année aussi et surtout, il y a le film où il joue son propre rôle : JCVD. Un objet de cinéma déroutant, entre second degré et profondeur. Tout ça, c’est pour le neuf - et ce n'est pas tant que ça. A partir de ça, de si peu, une demie douzaine d'heures de programmes inédits - rien de plus ! -  un phénomène est né - rien de moins ! Comment est-ce possible ?

La première raison d'être de ce film qui ne ressemble à aucun autre : le phénomène médiatique Jean Claude Van Damme

Catégorie 2 : Les émissions qui repassent les séquences
Pour le vieux, pour le réchauffé, pour les magnétos qui se branchent directement à l’émetteur, la liste serait beaucoup plus longue. De ces  rediffusions nait le phénomène Jean-Claude Vandamme. C'est parce que la télévision moderne est un robinet à bétisier que l'acteur a pris, malgré lui, une telle ampleur.

En tête, les émissions de TF1
: Les enfants de la Télé, 120 minutes de Bonheur, mais aussi les bêtisiers de toutes les chaînes …et plein d’autres émissions sans aucune créativité. Toutes, sans exception, se sont jetées sur le phénomène… Jusqu’à l’overdose. JCVD devient un phénomène médiatique – comme les « Ta mère » ou les « Blondes ». Une mode, comme souvent avec les modes, détestable.
Le paroxysme viendra de Dominique Duforest, (celui qui fera en 2007 et 2008, la Voix de Secret Story - plus de renseignement et une photo de La Voix sur cette page) Son livre : Parlez-vous le Jean-Claude? est un recueil de citations moqueur, avec des petits morceaux de Van Damme qui dénaturent souvent le propos et le personnage.

Et puis, bien sûr, Internet. On trouve aujourd'hui de nombreuses pages web de "fans". Et puis, sur les sites de vidéos tels que You Tube ou Daily Motion, les séquences de J.C.V.D. comptent des centaines de milliers de visionnages !
Jean-Claude sur YouTube, un succès phénomènal
Catégorie 3 : Les séquences qui auraient dûes exister...

Entre les (assez) rares moments inédits et les dizaines de rediffusions de séquences, il y a eu, aussi, pas mal de rendez-vous manqués et d’émissions fantasmées. C’est à dire, des « grands moments avec Jean-Claude » annoncés longtemps avant pour faire le buzz …puis annulés.

Citons-en quelques uns :  
- J-C aurait du vivre une semaine avec les habitants de Nice People (inintéressante téléréalité présentée par Flavie Flamant, cette émission aura juste remis le retour sur le devant de la scène Christophe Dechavanne)
- J-C aurait du participer à l’émission produite par Karl Zero : 60 jours 60 nuits (concept : une équipe de télévision suit des personnalités - Francis Lalanne et Joey Starr ont participé à la première et unique mouture – pas de grande réalité dans ce programme télé, le premier client en faisait de trop, quand le second n'en faisait vraiment pas assez).
- Enfin, son fils aurait du participer cette année (2008) à Secret Story. Mais ce dernier en a parlé à la presse avant le début du programme. Dommage. Il doit tenir de son papa.

Une fuite dans TéléLoisirs

Bref, tout le monde veut en croquer, du Van Damme. Pour un peu, les producteurs (souvent de téléréalité) nous feraient penser à des chasseurs de papillons malhabiles. Avec des sabots lestés de plomb, ils veulent attraper la poésie naïve d’un Jean-Claude. Mais il se sauve ! Un Jean-Claude échauffé par les rires, et qui n’a pas envie d’en rajouter, annule les projets les uns après les autres.


Critiquer les moqueurs, c'est une chose.
Essayons de faire mieux. Ecoutons-le !


Quel est le contenu de son discours ?

On se moque de Jean-Claude et on s’interroge beaucoup. Pour l'origine de son discours on cherche le nom de la démence ou celui de la substance. On se moque, on s’interroge ...mais l’a-t-on seulement écouté ?

Quand on arrête de vouloir se moquer, ce qui frappe, c'est que Jean-Claude s’exprime constamment sur un mode poétique. Il n'est pas le seul artiste à faire, il est juste le seul kick boxeur à faire ça. Sa description du feeling, de ce qu'il y a de plus « insaisissable » dans l’existence ...est ce qui constitue en filigrane, et depuis la nuit des temps, le patron de nos œuvres d’art. Sa haine du concret (comprendre du matériel, du social) et son ode à l’ « indéfinissable » n’est pas quelque chose de foncièrement ridicule. Au contraire.

Le vrai lieu de résidence de Jean-Claude Van Damme

Bien sûr avec ses 90% de français, 9% d’anglais et ses 1% de …on ne sait pas encore, Jean-Claude est surprenant. Mais son « franglais » - qui est loin d’être nouveau - n’explique en rien la particularité de son discours. Le nouveau Jean-Claude, celui qui monopolise depuis 1999 les bêtisiers, sort surtout, spontanément, ce qu’on appellerait dans un autre contexte des « phrases d’auteur » - par exemple, quand il demande : « C'est un beau prénom Camille, c'est old fashion, non? Ca respire le meuble de Provence, hein? ». Les mots sont plutôt beaux, très expressifs.
En fait, toute sa carrière de « clown malgré lui » s’explique par le fait qu’il réside, dans la plupart de ses phrases, une tension entre le concret et le sublime. Il a une façon très concrète (avec un registre très bas = des références très communes et matérielles) de justement de parler de ce qui le touche le plus, et qui est à l’inverse : insaisissable, très haut, abstrait. Ce qui nous donne des fulgurances, une sorte de grand huit du langage, où le vertigineux se mêle aux abimes de notre quotidien (les meubles, les pommes, les poissons, les snifs des enrhumés, les ascenseurs).

Entre le ciel de son idéal et la terre (on ne peut plus terre à terre) de ces références, une vraie tension dans chaque phrase

Pour décrire la magie de son enfance et la rapprocher de l’innocence de la nature, il choisira paradoxalement l’animal le plus courant (et le moins glamour) qui soit, la phrase donnera finalement : « J’ai toujours grandi parmi les chiens ». On imagine alors un Mowgli version canine. Il n'y avait que Jean-Claude pour s'exprimer de cette manière.

Jean-Claude Mowgli, l'enfant chien

Dans tout ce que Jean-Claude dit, il y a cette « autre réalité ». L’expression qui fera sa célébrité : être aware, signifie justement être conscient, être connecté avec les autres (et sans recourir au langage), être connecté avec l’abstrait… Etre aware, c’est avoir accès à une super-réalité (ou surréalité). Les gens non aware vivent une existence 1er degré, matérielle, il dira d’eux : « Ils ne sont pas à l'attention de savoir qu'ils existent. Les pauvres, ils savent pas. Il faudrait réveiller les gens. C'est-à-dire qu'y a des gens qui font leur travail, qui font leurs études, ils ont un diplôme, ils sont au contact tout ça (…) Alors y a des gens comme ça qui ne sont pas aware. ». Lui, à l’inverse, est parfaitement aware, ce qui lui permet de dé-construire la réalité, d’essayer tant bien que mal de traduire en mots les notions les plus abstraites qui soient (et qui ne sont pas ce qu’on croit qu’elles sont) : le temps, le cosmos, la religion, l’identité... Mais toujours, pour illustrer son propos, Jean-Claude parlera gâteaux, enveloppes en papier, et mercedes benz. Pour dire que la vie est un éternel recommencement - et puisque la bière délasse des biscuits  et inversement - quoi de mieux que l’apéritif  ? « Les cacahuètes c'est le mouvement perpétuel à la portée de l'homme ».

Le plus beau symbole du Cosmos. La métaphore ultime de l'éternel recommencement

Enfin, Jean-Claude semble sincère aux yeux de beaucoup ! Malgré les rires de ceux qui fabriquent des programmes, malgré les filtres des coupes et recoupes, nombreux sont ceux qui s'y reconnaissent. Sans rire(s). Pour preuve cet Extrait de la Voix du Nord, quand en juin 2008, J.C.V.D., l'acteur, présente JCVD, le film aux Chtis.  Parmi les curieux, peu de moqueurs. Les interviewés répondent tous aux journalistes que Jean-Claude leur semble être un incompris... Bref, de nombreux téléspectateurs prennent apparement le temps de l'écouter... et vu le contexte , c'est déjà miraculeux.