Pourquoi Cindy Sander a-t-elle failli être encore plus humiliée ?

Publié le par Aphasique



En six saisons, la Nouvelle Star n’a cessé de progresser. Depuis 3 ou 4 années, elle a lancé de nombreuses carrières prometteuses : Amel Bent, Christophe Willem, ou encore Julien Doré dont « Les Limites » cartonnent actuellement… Tout le monde, ou presque, s’accorde à lui donner plus de crédit qu’à sa concurrente de TF1 (la Star Academy) : Sur M6, tous les candidats sélectionnés savent chanter ; et on ne met pas en scène leur quotidien façon Big Brother !

En revanche, il y a une autre mise en scène qui progresse depuis 6 ans : « la cour des miracle » des candidats. Depuis la première saison, l’émission balance – pendant la phase de casting - de nombreux candidats « au casse pipe » devant le jury. Voilà six années qu’on s’amuse de la façon dont le Jury envoient ces candidats – plus ou moins gentiment – sur les roses. Depuis la saison 3, ce genre de séquences se prolongent même pendant la phase « de prime ». La chaîne organise sur Internet un grand classement « des plus ridicules », deux séquences best of sont diffusées pendant chaque émission. Depuis la saison 4, quelques uns de ses chanteurs (ils ont beaucoup d’humour) reviennent chanter devant le Jury pendant un soir de « prime » spécial. On croyait être allé jusqu’au bout du processus jusqu’à …Cindy Sander. Non seulement, Cindy s’est faite méchamment « cassée » par le Jury, non seulement cette séquence a été multi-rediffusée, non seulement elle est revenue chanter sur le plateau du prime (on y reviendra nous aussi)… Mais en plus, elle a fait le tour des plateaux de télé.

Lâchée dans plein d’émissions, donc, et avec plein de rires autour …souvent à ses dépends, elle est parfaite pour les talk show. Comment dire ? Cindy est une fille too much. Il arrive qu’elle réagisse mal aux attaques. Elle semble même prétentieuse ou agressive. Du petit lait pour le petit écran. Quand on a lu l’article du Parisien consacré, en début d’été, à sa rencontre avec son compagnon, on n’y voit surtout maladresses et naïveté. Mais les tribulation de Cindy ne s’arrêtent pas là. Sentant « une bonne cliente », la chaîne y voit même une valeur commerciale. Du coup, pour la première fois, même après l’émission, une casserole (Cindy Sander) est encore mise en avant. M6 présume une carrière à la Eve Angeli. Elle commence par herberger son blog (cindysander.m6blog.fr/), et une de ses branches, M6 Interaction, met en route la production d’un disque ! A cette période, la petite chaine qui « ferait n’importe quoi pour monter » envisage de diffuser un programme de télé-réalité « Bienvenue chez les Sander » ! Qui devrait voir le jour …mais, pas, comme annoncé, sur M6, ni W9. Il faut dire que les producteurs commencent à déchanter : une fois dans les bacs, son Papillon de Lumière ne fonctionne pas. Il pourtant  été beaucoup « sous les projecteurs ».



Présentée comme ça, cette histoire ressemble moins à un rêve qu’à un cauchemar. Il ne faut pas trop se plaindre. Ca aurait pu être encore pire ! A quoi Cindy a-t-elle bien pu échapper ?

Cindy Sander – le symbole de ce que le programme nomme « les pires », ou « les casseroles » - est donc venue chanter sur le plateau du « prime ». Le Jury, d’un élitisme assumé, fait semblant depuis des années de ne pas marcher dans la combine. En réalité, le Jury n’assume pas grand chose. Il assume à peine le caractère commercial du programme. André Manoukian a prétendu vouloir, faire « comme les grands révolutionnaires (…) (et faire) sauter le système de l’intérieur ». Le jury n’assume pas non plus les votes du public : « Vous avez de la merde dans les oreilles ! » a-t-on pu entendre, il y a quelques années, lancé par Marianne James. Et, ce que le jury n’assume vraiment pas, c’est bien cette mise en scène des « pires », des « casseroles ».



Très ami avec des journalistes de Libération, depuis leur petite conversation par médias interposés (une connivence entamée il y a deux ans), celui qu’ils appellent Dédé (grand disciple de Deleuze), et Philippe Manœuvre (l'enfant du rock), ont expliqué tout le bien qu'ils pensaient de Cindy ...et comment ils voyaient les choses dans les colonnes du journal. A. Manoukian : « Par contre, il y a un truc qu'on a merdé complet, c'est Cindy Sander. On aurait dû faire comme t'avais dit : on aurait dû montrer notre cul à la fin de sa prestation ». P. Manœuvre répond : « Ça aurait été le clou, mais ils auraient été obligés d'alerter les instances internationales ».

Après ça, on est, comme le Jury, et comme le programme dans son ensemble, écartelés entre deux pôles. D’un côté, oui, la blague est drôle, potache, rock&roll, « culottée » (!) …plutôt anticonformiste…Et en même temps, pas du tout. Elle est juste hypocrite ...comme tout ce qui touche, dans ce programme, à cette grande « cour des miracles » des candidats. Une vaste hypocrisie, peut-être... mais, pour M6, c’est « gagnant gagnant ». Comme une usine qui commercialiserait ses « chutes », tout est utilisé, rien n’est jeté. Rien n’est « jeté » tout suite en tout cas... S’ils sont particulièrement bancals, les candidats ne retourneront à leur vie …qu’après avoir fait quelque tours de pistes - pour amuser la galerie. Cindy, quant à elle, a très peu vendu de single, même pour rigoler  – Bye bye ? Jamais à court d'arguments, elle estime que son single s’est téléchargé illégalement à plus 200.000 exemplaires ( ! ) ce qui explique son échec. Elle ajoute, quelques semaines plus tard, qu’elle est prête à représenter la France à l’Eurovision, pour enfin faire gagner notre pays ! Evidemment, on peut dire que, sur M6, les « pires » candidats qui reviennent chanter en direct prouvent leur humour. On peut dire que, depuis le concept existe, tous les candidats savent à quoi s’attendre…Mais avec une candidate comme Cindy, on peut vraiment en douter – et c’est sans doute ce qui fait rire autant… C’est peut-être, aussi, ce qui laisse un goût amer…

Commenter cet article

kinou 21/08/2008 09:04

merci de ta visite sur mon blog.
j'aime bcp le tien egalement.
Cindy Sanders, bof y'a pas grand chose a rajouter, elle fait susciter rire et pitié.

a bientot